Un·e adulte qui sort avec un·e ado se fiche de sa santé

Content warning : violences sexuelles sur mineur·es, éphébophilie

Cet article est issu de ce thread : https://twitter.com/hparadoxa/status/1296169134644965376, écrit notamment en réaction aux dénonciation de relations / abus sexuels sur mineur·es par des YouTubeurs majeurs.

Pour référence j’avais déjà écrit cet article / ce thread pour parler de mon expérience de victime de violences sexuelles sur mineur·es / corruption de mineur·es et l’impossibilité à obtenir un consentement éclairé de la part d’un·e ado en tant qu’adulte.

Avant de commencer, petit point de vocabulaire :

  • Prédation éphébophile = prédation (sexuelle généralement) visant les ado / pré ado / éventuellement jeunes adultes de la part d’adulte plus âgé (plus d’info ici : https://dcaius.fr/blog/2019/07/abus-pedo-et-ephebophiles/)
  • Corruption de mineur = délit dans la loi française caractérisé par le fait d’utiliser le jeune âge d’une personne pour la pousser à faire des choses sexuelles (ex : demander des nudes)

Maintenant que c’est fait, on peut commencer !

Quand on parle de prédation éphébophile et/ou de corruption de mineur·e·s, on se centre surtout soit sur lae mineur·e et l’impact sur ellui, soit, le plus souvent, sur la relation elle-même. En gros : Pourquoi une relation ado/adulte c’est mal ? En quoi c’est dangereux pour l’ado ? Et qu’on s’entende, c’est hyper important !

Dans un monde idéal je préfèrerais que ce soit aux adultes de faire attention à pas être des sales porcs, mais objectivement actuellement il est aussi utile de parler aux ados pour leur dire comment repérer ça et s’en défendre.

Néanmoins, j’ai l’impression qu’il y a un enjeu dont on parle peu, et c’est un peu un problème pour moi : Et les agresseur·euse·s dans tout ça ?

Je vais essayer de vous raconter ce que je me dis quand je pense aux abus sexuels que j’ai subis. (Ce ne sera pas graphique, promis)

Quand j’ai compris que ce qui m’étais arrivé n’étais pas normal, je me suis dis exactement ça. « Ce qui m’est arrivé n’est pas normal« . J’ai pensé à moi : « Cette relation a eu des conséquence néfaste sur moi. » J’ai pensé à ma relation : « Cette relation n’aurait pas du arriver, parce qu’une relation ado/adulte n’est pas saine. »

Mais je n’ai pas pensé à lui : « Un homme adulte ne devrais pas contacter des ados de 13 ans pour des faveurs sexuelles. » Et même quand j’y ait pensé je me suis dit des choses comme : « Il n’aurait pas du faire ça. »

Mais quelque part, pour moi, il y a avait une forme de malchance, une forme d’accidentel, une forme d’involontaire. Comme si j’avais été abusé par hasard. Comme si j’avais été abusé par mégarde.

Aujourd’hui je suis Youtubeur. J’ai dans mes DMs des ados et jeunes adultes qui me demande « on peut discuter ? » et occasionnellement même « on habite dans la même ville, on pourrait se rencontrer un jours ? » Et ma réponse est toujours : bien évidemment que non. J’ai déjà des amis. Des hobbys. Je n’ai aucun intérêt à aller rencontrer des inconnu·es qui aime déjà une version fausse et fantasmé de moi à qui je n’ai probablement rien à raconter.

Et récemment j’ai commencé à réaliser. Le jour où il m’a contacté. Il a pensé à moi comme je pense à ses jeunes. Et il s’est dit « oui c’est ça que je veux ». Et même pas juste « oui c’est cette amitié que je veux » (ce qui craindrait déjà un max) mais « oui c’est ce sexe que je veux ».

J’ai toujours imaginé notre relation comme « il est tombé sur moi par hasard, et s’est attaché, et il aurait du se dire que ce n’était pas une bonne idée, mais il l’a fait quand même, et l’erreur est là ». Comme si le crime d’un·e adulte qui aborde un·e ado, c’était d’avoir céder à un amour ou une attirance accidentelle, alors qu’il aurait du résister. Et c’est faux. C’est tout simplement faux.

Aujourd’hui je sais. Quand on est adulte, et particulièrement quand on est influent, le fait d’aborder ou de se laisser aborder par des ado ou des fans, c’est pas un moment de faiblesse. C’est de la manipulation volontaire. Toujours.

Je me suis toujours dit « oui il aurait pas du faire ça, mais je comprends, c’était un accident ». Et aujourd’hui, à chaque fois que j’essaie d’imaginer ce que c’est, un·e ado de 13 ans, pour moi qui suis encore bien plus jeune qu’il n’était à l’époque, je me dis : « Comment, mais comment il a pu me voir et se dire : je vais lui proposer du sexe.« 

Et on le voit bien. Les prédateur éphébophiles sont quasi systématiquement des récidivistes. Parce qu’il ne s’agit pas d’être tombé amoureux ou d’avoir été attiré malheureusement, accidentellement, par une personne un peu trop jeune. Il s’agit d’une méthode de chasse.

Et on ne PEUT PAS donner le bénéfice du doute à un·e adulte qui choisi délibérément et de manière répétée de relationner romantiquement et/ou sexuellement avec des ados. Il n’y pas de « c’est l’amour ça arrive ». Parce que la vérité c’est que non, ça n’arrive pas. La vérité c’est que quand on ne veut pas abuser des adolescent·es on ne relationne pas avec à répétition. C’est tout.

Je vous promets que l’on sait et que l’on sent quand un·e fan nous envoie un message, et qu’iel est exactement ça : un·e fan. Pas une personne qui trouve notre taf intéressant : un·e fan. Et de la même manière on sait quand on parle à un·e pré-ado, ado, ou adulte trop jeune.

Et on choisit ce qu’on répond. Et on choisit ce qu’on fait. Et même si on ne sait pas que ça ne tourne jamais bien ces histoires, on sait à minima que c’est un risque. Et on décide de prendre se risque. Un·e adulte qui décide de prendre le risque de traumatiser un·e ado en se faisant plaisir plutôt que de passer son chemin est quelqu’un qui ne se préoccupe pas de votre santé et de votre sécurité, tout simplement. Et à partir de là, c’est quelqu’un avec qui vous ne serez jamais en sécurité. Même si pour l’instant ça va. Même si vous n’avez pas peur. Même si n’avez pas mal. Au mieux, l’adulte qui sort avec vous parie que ses chances d’avoir du plaisir sans vous traumatiser sont bonne, en sachant que le risque et réel, et décide de le prendre quand même. Au pire iel s’en fiche, tout simplement. Dans les deux cas vous êtes en danger.

Un·e adulte qui sort avec un·e ado se fiche de sa santé.
Un·e adulte qui sort avec un·e ado se fiche de sa santé.
Un·e adulte qui sort avec un·e ado se fiche de sa santé.
Un·e adulte qui sort avec un·e ado se fiche de sa santé.
C’est tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *