Parce qu’on a récompensé Polanski ce soir

Version audio

Depuis quelques temps je me demandais si je voulais porter plainte. Je cherchais le nom de mon abuseur, je cherchais les preuves qu’il me reste. Et je me disais, peut-être. Je me disais, et si je portais plainte ? Qu’est-ce qu’il se passerait ?

Et je regarde Polanski. Et je sais ce qu’il se passerait.

Il se passerait que je ne peux pas porter plainte pour agression ou harcèlement sexuel parce que je serai perçu comme consentant par la justice. C’est ce qu’on dit sur Polanski. C’est ce qu’on dit sur Cassel. C’est ce que dit Cassel dans son rôle dans Gauguin.

C’est ce qu’on dit. Qu’une enfant, une ado, ça peut consentir à un adulte. Et c’est faux. Je ne redétaillerai pas, je l’ai déjà fait ici. Mais c’est faux.

Il se passerait que, comme pour Polanski, si condamnation il y a elle serait pour « corruption de mineur ».

Comme si c’était ça le problème. Comme si le problème quand un adulte abuse d’un enfant c’était qu’un enfant c’était pur et qu’après c’était sali. Comme si le problème c’était juste que c’était pas très moral de coucher avec des enfants, juste un peu sale, parce que les enfants c’est à préserver du vice.

Comme si le problème dans les abus sexuels sur enfants et ados ce n’était pas la violence. Pas nos chaires marquées à vies. Nos flash-back. Nos cauchemars. Nos TOCs. Nos terreurs nocturnes. Nos crises d’angoisse. Nos morts. Juste le fait qu’on soit des enfants sali·e·s.

Mais si je voulais le faire quand même ? Si je me disais « peut-être que je ne suis pas le seul » ? Si je voulais protéger des gamins d’un abuseur sexuel ? Si je me disais qu’une condamnation même moyenne, c’était quand même une réparation ?

Alors on me dirait « mais c’était il y a longtemps ». Alors on me dirait « mais tu vas ruiner sa vie ».On me le dirait.

Et je saurais que c’est faux.

Parce qu’on a récompensé Polanski ce soir.

Et on saurait que c’est faux.

Parce qu’on a récompensé Polanski ce soir.

Mais on me le dirait quand même.

Parce que l’important ce n’est pas que ce soit vrai.

L’important c’est que je me taise.

La pédophilie et l’ephebophilie ce n’est pas tabou. Ce n’est pas risqué. Ce n’est pas socialement condamné. Ce n’est pas grave. Ce n’est pas interdit.

Je le sais.

On le sait.

Il le sait.

Parce qu’on a récompensé Polanski ce soir.

Je ne porterais sûrement jamais plainte.

Je le sais.

On le sait.

Il le sait.

Parce qu’on a récompensé Polanski ce soir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *