Y a-t-il une injonction à la transition médicale ?

Cet article est une retranscription de ce thread, posté en mai 2021 :


  • Ne pas faire une mammec c’est ne pas rentrer dans les normes de genre
  • Faire une mammec c’est ne pas rentrer dans les normes de genre
  • Il y a une injonction à se faire opérer
  • Il y a une injonction à ne pas se faire opérer

Si on ne reconnaît que la moitié de ces faits, à mon avis on a pas conscience d’une partie du système transphobe. Et du même coup, on ignore voire nie le vécu de beaucoup de personne trans.

Être un mec avec des seins, c’est ne pas rentrer dans les normes de genre. Mais faire une transition est tout autant un défi à l’ordre cis binaire établi. La transphobie dit « les mecs n’ont pas de sein » ET « modifier son sexe c’est mal ». Les deux. En même temps.

Parce qu’en fait c’est l’association de ces deux choses qui dit : du coup puisque vous devez pas enlever vos seins et que vous pouvez pas être des hommes en les gardant, vous êtes des femmes (ou des freaks). Pas juste l’une de ces deux positions, mais leur combinaison. (Il y a évidemment plein d’autre chose, comme dire que même opérés et sous hormones finalement c’est artificiel et pour de faux donc ça compte pas comme notre étant notre vrai sexe)

De la même manière, en même temps il y a souvent besoin d’une mammec pour avoir une reconnaissance sociale et administrative de notre statut d’homme, et en même temps les démarches de transition médicale sont mal remboursées et inaccessibles pour nous décourager.

C’est (entre autres) parce que le système envoie simultanément des injonctions contradictoires qu’il se maintient : on a toujours tort, on est jamais des bons trans, on rentre jamais dans ses cases.

Je pense que c’est important pour comprendre et lutter contre la transphobie de reconnaître ces deux mouvements simultanés. Et c’est aussi important pour ne pas invisibiliser ni les vécus des personnes trans qui ont été poussées à transitionner, ni ceux de celles à qui on a empêché de le faire. (Notez que beaucoup d’entre nous appartiennent à ces deux catégories en même temps, du coup.)

A l’échelle individuelle, les cis se placent pas tous au même endroit sur ces injonctions. Les personnes qui ont le mieux réagis à ma transition sociales ne sont pas celles qui ont le mieux réagis à ma mammec et inversement. Ce n’est pas que « il y a des gens plus ou moins transphobe » mais aussi « les gens transphobes de diverses manières ».

Je parles que d’homme et pas de personnes non-binaires parce qu’il t’a des enjeux supplémentaires et que c’est une population encore plus hétéroclite donc beaucoup plus difficile d’analyser ce genre de dynamique pour tous le groupe d’un coup. Certaines personnes non-binaires ont des vécu similaire à ceux des mecs trans sur ce sujet, d’autres non. (Et certains mec trans auront des vécu plus proches de ceux des personnes non-binaire que de ceux des autres mecs trans, d’ailleurs.)

Par ailleurs, dire que parler de ne pas faire de transition médical c’est important pour compenser le fait que l’on représente trop la transition médicale, c’est nul et violent.

On représente trop la transition médicale où ? Dans quel média mainstream vous avez déjà vu des représentations réalistes et positives de transition ? La majorité des personnes trans sont jouées par des cis du genre opposés. Par définition par des gens qui n’ont pas fait de transition médicale, donc.

« On pas besoin d’une transition médicale pour être légitime » ça peut faire du bien, ça peut être vrai, et je dis pas que c’est une affirmation qui doit disparaitre. Mais je pense qu’il faut le dire en ayant conscience que « Faire une transition médicale c’est acceptable » n’est pas quelque chose que l’on entend souvent non plus, ni que l’on constate dans les faits.

Et si « la transition médicale n’est pas obligatoire » est une vérité qu’il ne s’agit pas de cacher, je pense aussi que beaucoup d’entre nous utilisent inconsciemment cette affirmation pour ne pas interroger leur potentiellement envie de transition médicale. Et c’est pas une attaque. C’est normal. Ça fait peur, et, oui, il existe une injonction à ne pas transitionner médicalement, et elle nous impact.

Je regrette pas pour autant le temps que j’ai mis à commencer ma transition médicale, je pense que c’était le bon timing. En revanche je pense que si je n’avais pas eu accès à des relation et des propos qui valorise la transition médicale, je ne l’aurais pas fait, et que ça m’aurait fait du mal. Je suis reconnaissant que la communauté qui m’entourre m’ait permis d’accepter de vivre sans transition médicale le temps dont j’en avais besoin. Mais je suis tout aussi reconnaissant de la communauté qui m’a montré que transitionner médicalement était positif et acceptable.

Et je pense que tant qu’on entretien ces deux propos comme des oppositions, et qu’on créera du coup des micro communautés séparées où une seule domine, on privera tout le monde des informations et du soutient nécessaire pour faire des choix libre à notre propre rythme.

Une réaction à “Y a-t-il une injonction à la transition médicale ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *