La médecine vise la normalisation avant le soin : l’exemple du sport

Cet article est une retranscription de ce thread :

Je trouve qu’un bon exemple pour montrer comment la médecine est une pratique de normalisation avant une pratique de soin pour les personnes handicapées c’est ce qui est défini comme étant du sport.

Déjà, qu’on s’entende, l’idée que quand on a des douleurs chronique faire du sport est forcément une bonne idée et quelque chose qui va améliorer la situation c’est bidon.

Mais même en partant de ce principe, je me souviens ma doc pour le diag du SED qui me demande si je fais du sport deux minutes après que j’ai dis faire de la kiné deux fois par semaine. Vous pensez qu’on fait quoi en kiné en fait ? Mais somehow si je fais des burpees dans mon salon c’est de la musculation, et si je les fais chez un kiné c’est du renforcement musculaire. Dans un cas c’est du sport, dans l’autre non.

Aujourd’hui on me demande encore si je fais du sport et quand je réponds que oui, je « cours » en fauteuil avec mon chien tous les jours et régulièrement aussi tout seul pour bah, faire ma vie, on me regarde avec des yeux de merlan frit. Si un valide faisais tous ses déplacements en footing ce serait du sport. Moi je suis en fauteuil donc non non ça compte pas.

Ca n’a jamais été une question de nous faire faire du sport (aka: de l’exercice physique), mais toujours une question de nous faire bouger « normalement », avoir des loisir « normaux », de l’activité physique « normale », et surtout pas médicalisée d’aucune manière.

Pourquoi les médecins sont-ils anti-médical ? On est quand même en droit de se poser la question. Et la réponse je pense c’est qu’une vie médicalisée c’est une vie d’handicapé, et c’est mal, et parce que l’objectif est, encore une fois, non pas de nous soigner mais de faire en sort qu’on ait surtout pas l’air handicapé.

Il s’agit aussi de faire de nous des bons patients qui agissent comme des valides, parce que finalement en fait, si on est handicapé, c’est juste qu’on fait pas autant d’effort que les autres, pas qu’on a besoin de soin.

Même chez les médecins qui semblent croire sincèrement que le sport est la/une solution aux douleurs chronique, il faut faire le bon sport, le sport de valide, sinon ça compte pas. Comment en déduire autre chose que « En fait réduire nos douleurs n’a jamais été leur priorité. » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.